Diagnostic avant rénovation

Comment proposer un projet de rénovation adapté aux contraintes et problèmes rencontrés dans une maison ? Une rénovation doit se baser sur un diagnostic technique approfondi pour aboutir à des solutions appropriées.

On étudie différents points pour avoir une vision globale de l’existant : état du bâti et équipements, étude de l’humidité, observation de la qualité de l’air, prise en compte de l’aménagement, etc.

État du bâti, des réseaux et des équipements

Les différentes parties du bâtiment sont étudiées en détail afin de relever les dégradations existantes et donc les nécessaires réparations. On inspecte la toiture pour connaître son état et son étanchéité. Un contrôle de la charpente permet de vérifier si elle est saine ou si un traitement contre des attaques d’insectes ou de champignons est nécessaire. On examine la maçonnerie pour confirmer sa solidité. Les menuiseries sont observées pour connaître leur isolation et leur étanchéité à l’air. On étudie le réseau électrique pour vérifier sa conformité aux normes de sécurité en vigueur. Et ainsi de suite : équipements de chauffage, état des enduits et peintures, etc.

Ces constats permettront de proposer des actions curatives (réparations) avant de travailler sur des actions d’amélioration du confort ou d’économie d’énergie.

Observation de l’environnement du bâtiment

L’environnement immédiat du bâtiment peut avoir un impact conséquent et expliquer certains problèmes rencontrés par ailleurs (humidité dans le bâti, etc.). C’est le cas notamment de la végétation trop proche des façades. Un autre aspect important pour le projet est l’orientation du bâtiment, dans une approche bioclimatique. Il s’agit notamment de réaliser une étude d’ensoleillement pour savoir comment les apports solaires pourront être utilisés dans le projet.

Etude d'ensoleillement
Étude d’ensoleillement pour une conception bioclimatique (source : Carapace Habitat)

Humidité dans le bâti

Dans les bâtiments anciens, construits avant 1945, un enjeu majeur lors d’une rénovation est de bien prendre en compte l’humidité présente dans le bâti. Cela permettra d’éviter de l’y emprisonner et de créer des désordres par la suite. En effet, dans ces bâtiments, les murs contiennent des matériaux capillaires qui absorbent l’humidité : briques de terre cuite, mortier de chaux, etc. On cherchera à éviter que ces matériaux soient exposés à l’eau (pluie, remontées capillaires, etc.) et à ce qu’ils puissent se décharger de leur humidité (enduits respirants, ventilation, etc.).

Mesure du taux d'humidité d'un mur en pierres
Mesure du taux d’humidité dans un mur en pierres (source : Carapace Habitat)

Lors du diagnostic, nous mesurons l’humidité dans le bâti et observons l’état des murs et façades, afin de proposer ensuite des solutions adaptées.

Qualité de l’air intérieur

La qualité de l’air dans un bâtiment peut être mauvaise et avoir un impact sur la santé des occupants. Lors du diagnostic, on analyse la qualité de l’air. On observe également les systèmes de ventilation existants et leur efficacité.

Mesure de qualité de l'air intérieur
Air intérieur pollué dans une maison à rénover
(source : Carapace Habitat)

Étude de l’isolation existante

Nous inspectons l’état de l’isolation d’origine, en fonction du système constructif et de la période de construction. A cela s’ajoute des observations avec une caméra thermique pour avoir une meilleure information sur l’état actuel de cette isolation et son niveau de dégradation. La caméra thermique permet également d’identifier ou de confirmer les ponts thermiques présents.

Caméra thermique diagnostic isolation toiture
Prise de vue avec caméra thermique : les zones bleues au plafond montre une dégradation de l’isolation existante en laine de verre (déperditions de chaleur) –
source : Carapace Habitat

Étude de l’aménagement et de la configuration

Une étude des contraintes structurelles (murs porteurs) et l’aménagement existant permettra de faire des propositions pour l’agencement futur des espaces. Cela concerne notamment les éventuels aménagements pour personnes à mobilité réduite (PMR), les aspects de circulation dans le bâtiment, la luminosité, la prise en compte des aspects phoniques, etc.

Réflexion pour aménagement salle de bain PMR
Réflexion pour l’aménagement d’une salle de bain accessible PMR (en pointillés) – source : Carapace Habitat

Sur la base de ce diagnostic et de votre projet, nous établissons une estimation du coût des travaux à prévoir. Cette estimation sera ensuite affinée lors des étapes successives de conception et de définition du projet.

Pour un diagnostic de votre maison et pour échanger sur votre projet, contactez Carapace Habitat au 06 52 75 65 63 ou carapace@carapacehabitat.fr.

Rénovation de maison : comment atteindre la performance thermique ?

Il est possible d’améliorer grandement le confort thermique d’une maison existante et d’en réduire les dépenses énergétiques : découvrez la rénovation performante.

Contexte

Le secteur du bâtiment est actuellement responsable de 45% de la consommation d’énergie primaire en France et de 19% des émissions de gaz à effet de serre. C’est donc un secteur prioritaire en matière d’économie d’énergie et de lutte contre le changement climatique.

Le renouvellement de l’habitat (construction de maisons neuves) est de seulement 1% annuellement en France. Le bâti existant est donc largement majoritaire et c’est une cible prioritaire pour améliorer les performances de l’habitat. En particulier, les « passoires thermiques » (bâtiments très déperditifs, classés F ou G dans les diagnostics énergétiques) sont des gisements d’économies d’énergie très importants. Il y en a 7,5 millions en France !

« Passoire énergétique » vue en caméra thermique : les pertes de chaleur sont visibles en jaune (porte, fenêtre, mur de droite)

Outre l’aspect thermique, il faut aussi prendre en compte l’aspect sécurité. En France, 7 millions de logements présentent un risque d’incendie d’origine électrique selon l’Observatoire national de sécurité électrique (ONSE). 25% des incendies domestiques (soit 50.000 incendies par an) sont dus à une installation électrique défectueuse. Ils causent la mort d’une centaine de personnes annuellement. Ces incendies d’origine électrique ont un coût de dommages d’un milliard d’euros chaque année. Mettre aux normes les installations électriques réduit les risques d’incendie et d’électrocution.

Rénovation de maison globale ou par étapes ?

Les principales pertes thermiques d’un bâtiment sont les murs, le toit, le sol, les fenêtres, la ventilation et les ponts thermiques. Les fuites thermiques se répartissent de manière différente selon le type de bâtiment, son mode et son année de construction : cf. figures ci-dessous (source : étude BATAN (DGHUP, CEREMA, MPF, etc.)).

Exemple des pertes thermiques d’une maison non isolée des années 60 (Consommation de chauffage en kWh énergie primaire par m² Shon)
Exemple des pertes thermiques d’une maison type RT2000 (Consommation de chauffage en kWh énergie primaire par m² Shon)

Pour rénover un bâtiment de manière performante, il est souvent nécessaire de travailler sur ces différentes sources de déperditions énergétiques et sur le système de chauffage. Le travail sur le système de chauffage vient d’ailleurs souvent après avoir travaillé sur les fuites. En effet, on peut alors le dimensionner correctement.

Une rénovation peut avoir lieu de manière globale en s’attaquant à ces différents postes, ou par étapes, en s’occupant d’un poste après l’autre sur plusieurs années. Si la rénovation par étapes permet d’étaler les dépenses dans le temps, il est prouvé qu’elle n’est pas efficace pour atteindre la performance énergétique. Elle est aussi souvent plus chère (plusieurs mises en place de chantiers, montages/démontages, etc.). Enfin, elle risque d’amener des pathologies dans le bâtiment. Ainsi, améliorer l’isolation des murs et changer les fenêtres sans travailler sur la ventilation peut augmenter l’humidité des murs et provoquer leur pourrissement.

Performance d’une rénovation globale ou par étapes (source : DORéMI)

Nous recommandons donc fortement de réaliser une rénovation de manière globale en une seule fois. A minima, on réalisera les études de conception pour une approche globale, associées à un calendrier avec des étapes coordonnées et pertinentes.

La méthode pour une rénovation performante

Un projet de rénovation globale et performante débute par un diagnostic du bâtiment : étude de l’histoire du bâtiment, état de l’existant, identification des éventuelles pathologies et des dégâts, etc. Chaque bâtiment a ses spécificités et seul ce diagnostic permet de proposer des solutions adaptées. Un maître d’œuvre ou un architecte est la personne qui pourra avoir la vision globale du bâtiment. C’est aussi la personne qui prendra en compte les demandes du propriétaire du bâtiment, afin de proposer un projet pertinent de rénovation.

Chantier de rénovation globale (source : Carapace Habitat)

Le projet visera plusieurs objectifs, en fonction du bâti et de la situation rencontrée :

  • Assainir et protéger le bâti. Si des désordres sont constatés (humidité dans les murs par exemple), on proposera des solutions pour assainir le bâtiment.
  • Rénover thermiquement. On réalisera un travail sur les différents postes énumérés plus haut (isolation, ventilation, etc.) pour arriver à un logement confortable et économe en énergie. Nous reviendrons dans un prochain article sur les solutions techniques envisageables.
  • Mettre aux normes. On pourra mettre aux normes les installations électriques et d’assainissement pour réduire les risques (incendies, électrocutions) et les impacts environnementaux.
  • Travailler sur l’accessibilité et les déplacements dans l’habitat. Il nous semble important de profiter d’un projet de rénovation pour réfléchir sur l’aménagement des différentes parties et pièces du logement (largeur de portes, circulation, seuils, etc.) afin d’en favoriser l’accès aux personnes à mobilité réduite. Nous pouvons tous être concernés à moyen ou long terme !

La définition du projet passe donc par une phase d’études détaillées qui permettent d’établir les plans et les descriptifs des travaux nécessaires selon les différents corps de métiers : maçonnerie, charpente, électricité, ventilation, plomberie, etc. Ces documents permettront ensuite de sélectionner les artisans et entreprises pertinents pour réaliser les travaux.

Les aides financières

Différentes aides existent pour rénover un logement, proposées notamment par l’Agence Nationale de l’Habitat, ou par les collectivités locales. Vous trouverez plus d’informations ici.

Résultats

Le premier résultat d’une rénovation performante n’est pas chiffrable : il s’agit des gains obtenus en termes de confort thermique. Quel plaisir de pouvoir utiliser l’ensemble de son logement hiver comme été, sans être obligé de rester collé aux radiateurs et éloigné des fenêtres froides. Quel « luxe » de ne plus avoir de courant d’air froid permanent dans sa maison !

Bien évidemment, une bonne rénovation permettra de réaliser des économies sur le fonctionnement au travers de factures de chauffage et d’électricité réduites, parfois jusqu’à 80%.

Enfin, un bâtiment rénové de manière performante est un patrimoine valorisé. L’étude de la « valeur verte des logements » par les notaires de France montre que les maisons anciennes d’étiquettes énergétiques A/B sont vendues 21% plus chères que les maisons d’étiquettes F/G en Auvergne Rhône Alpes.

Vous souhaitez rénover votre maison? Appelez-nous (06 52 75 65 63) pour un diagnostic de votre bâtiment et la définition d’un projet global et cohérent. Maisons anciennes, des années 50 ou 80, immeubles, etc. : Carapace Habitat propose des solutions adaptées et spécifiques pour chaque type de bâtiment. N’hésitez plus : carapace@carapacehabitat.fr

Sources : Notaires de France, La valeur verte des logements en 2017, Octobre 2018 ; www.ones.fr ; DORéMI; étude BATAN (DGHUP, CEREMA, MPF, etc.).